La France est le seul pays dans le monde à se lancer dans le déconfinement en créant une nouvelle norme de masques dits ''grand public''

Quelle protection pour la population?

 

D'abord pourquoi en sommes nous arrivés à cette exception française ?

 Reprenons le déroulement chronologique des évènements que nous venons de vivre :

- Alors que les 3 premiers cas de coronavirus ont été déclarés en France le 24 janvier avant l'Italie, et que l'OMS, avec retard certes, a lancé le 30 janvier une alerte urgence santé publique de portée internationale, aucune mesure de protection n'est proposée en France pendant les 40 jours qui suivent ces alertes ; en Allemagne, dès janvier, l'alerte de l'OMS provoque des mises à disposition de masques et tests à grande échelle.

08/04/2020

Après un mois de mai 2019 plus frais que la normale, la France connaît une suite ininterrompue de mois plus chauds que la normale*. Ainsi, mars 2020 est le 10e mois consécutif (depuis juin 2019) avec une température moyenne au-dessus des normales. C'est une première en France !

Ce diagnostic est élaboré à partir de l'indicateur thermique sur la France, calculé depuis 1900 à partir des longues séries de mesures sur 30 stations météorologiques représentatives sur le territoire. Une telle série de 10 mois « chauds » consécutifs à l'échelle du pays est inédite depuis le début des mesures en France. Néanmoins, en 2018 déjà, les températures étaient restées exceptionnellement douces pendant 9 mois consécutifs, d'avril à décembre. En 2017 ainsi qu'en 2003, la France avait également connu 7 mois consécutifs plus chauds que la normale.

Un nombre annuel de mois « chauds »** en constante augmentation depuis 1900

Urbanisation, exploitation intensive des ressources naturelles, changement climatique, disparition de la biodiversité : les scientifiques alertent sur les conséquences de notre modèle de société sur notre planète.


 

Depuis 2003 (après AZF Toulouse), les Préfets pouvaient installer dans toutes les entreprises présentant un risque, des commissions d'informations ; Le 15 novembre 2012, la ministre de l'écologie, Delphine Batho, a adressé aux Préfets une circulaire dans laquelle il est bien rappelé qu'une commission de suivi de site (CSS) doit étre créée pour tout établissement (ICPE) classé SEVESO seuil haut.

Une CSS comprend cinq collèges (Etat, collectivités terrotoriales, riverains ou associations, exploitants et salariés). Chaque collège a égalité de droit et de pouvoir. La CSS, lieu de débats, peut aborder tous les sujets relatifs aux interêts couverts par le code de l'environnement.

 Chaque membre doit avoir accès à tous les documents prévus aux articles L124 du code de l'environnement, c'est à dire :