Incinérateur de Limoges Beaubreuil : mensonges et contre-vérités lors de la  CSS ( Commission de Surveillance du site)  du 12 février 2020 à la préfecture de la Haute-Vienne

 

En 2014 Limoges Métropole faisait réaliser par le cabinet Merlin une expertise et une étude du traitement des déchets à l'horizon 2022, étude dont la raison était annoncée en 1ère page : L'usine est en fin de vie... obsolescence, moteur à changer (fours-chaudières d'origine). Or, à la CSS de ce 12 février 2020, dont BARRAGE NATURE ENVIRONNEMENT est membre dans le collège associations, on nous annonce par un tour de passe-passe que la durée de vie de l'incinérateur est prolongée jusqu'en 2030.  oubliés les fours à changer, le matériel obsolète...  Circulez, il n'y a rien à débattre...

L'objectif : mettre les citoyens et les futurs élus aux municipales devant le fait accompli.

Le volume de nos ordures a baissé depuis 2013, mais reste trop conséquent : 568 kg de déchets /habitant et par an en moyenne, avec une part élevée de déchets qui pourraient être compostés, recyclés ou tout simplement évités. C'est deux fois plus qu'il y a 40 ans !

Infographie de l'autopsie de nos poubelles réalisée par l'ADEME pour l'année 2017.

Vous êtes déjà peut-être passés devant l’incinérateur sans même vous en rendre compte. C’est dans cette « centrale d’énergie déchets de Limoges Métropole » (CEDLM) que vos poubelles partent en fumées, et alimentent le réseau de chaleur. Il se situe au nord-est de Limoges entre Beaubreuil et Ester technopole. Il dispose d’une capacité de traitement annuelle de 110 000 tonnes par an.

Les prochains élus aux municipales de 2020 auront un choix décisif à faire dès leur début de mandat : rénover l’incinérateur en fin de vie, une opération estimée à plus de 100 M€ ou entreprendre une démarche ambitieuse de réduction des déchets, dont les retombées sanitaires, sociales, environnementales et financières seraient bien plus bénéfiques à la population que celles des fumées de l’incinérateur.

 

L’incinération bloque les politiques de prévention et recyclage des déchets à double titre :

-  L’investissement très couteux dans un nouvel incinérateur interdira tout autre alternative et cela pour 30 ans

-  Les incinérateurs nécessitent un apport de déchets suffisamment constant et important pour assurer leur fonctionnement optimal et leur rentabilité.